Tour des Vaches Rouges
>>
Accueil
>
Pédestre
>
Tour des Vaches Rouges
Égliseneuve-d'Entraigues

Tour des Vaches Rouges

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Le tour des Vaches Rouges situé sur les hauts plateaux préservés du Cézallier entre monts du Cantal et massif du Sancy. Chevauchant les départements du Cantal et du Puy-de-Dôme au cœur du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne, il dévoile des panoramas exceptionnels sur la Chaîne des Puys, le massif du Sancy et les Monts du Cantal.

Les 18 patrimoines à découvrir

  • Eglise roman

    L'église Saint-Blaise et ses modillons

    Le village de La Godivelle est groupé autour de l'église de Saint-Blaise. Représentative de l'art roman, sa nef date du XIIème siècle. Des chapelles latérales furent ajoutées au 19ème, le clocher a été rebâti suite à sa destruction pendant la révolution. L’église présente deux originalités : la statue de Notre Dame des Lacs portant l'enfant Jésus un poisson à la main droite, et sur la façade extérieure du cœur, des modillons qui représenteraient les sept péchés capitaux, cette interprétation moderne restant toutefois contestée par les historiens.
  • Architecture

    La fontaine

    La place du village accueille une fontaine, considérée comme la plus grande du département avec ses 8 mètres de diamètre. On prétend qu'on peut y faire boire 100 vaches en même temps. Composée de pierres de lave de Volvic, elle est alimentée par l'eau du Lac d’en Haut. Son origine remonte à la fin du 19ème siècle quand le maire de l’époque décide sa construction pour faciliter l’adduction d’eau dans le village.
  • Tourbière

    La réserve naturelle nationale des sagnes de la Godivelle

    Située à 1200 mètres d’altitude, en plein cœur du plateau volcanique du Cézallier, cette résèrve protège un ensemble de 4 tourbières et 1 lac naturel sur 144 ha.
    Ces zones humides abritent un patrimoine naturel d’exception : loutres, droseras, sphaignes, papillons, libellules … Vous apercevrez certaines de ces espèces lors de votre balade.
    Le Parc des Volcans d’Auvergne a pour mission d’assurer la conservation de ces milieux et de les faire découvrir au plus grand nombre.
  • Faune

    Une libellule : la Leucorrhine douteuse

    Typique des tourbières, elle se reconnaît facilement à sa coloration rouge et noire et sa face blanche. Elle vit dans les petites mares aux eaux acides et pauvres en poissons.
    La tourbière de la Plaine Jacquot est considérée comme la plus grosse station du Massif central pour cette espèce. En pleine saison, au mois de juin, il n’est pas rare d’observer plusieurs centaines d’individus voler en même temps.
    Des comptages sont réalisés tous les ans par l’équipe de la Réserve naturelle pour suivre l’état des populations.
  • Faune

    La Pie-grièche grise

    Passereau de la taille d'un merle qui niche dans les grands espaces herbeux parsemés de haies et bosquets, elle a la particularité de chasser des insectes et autres petites proies qu’elle empale sur les épines d’arbustes ou sur les fils barbelés, les « lardoirs ».
    Cette espèce est en fort déclin partout en France et en Europe du fait du changement des pratiques agricoles. Elle trouve encore des milieux favorables dans les tourbières et prairies naturelles du Cézallier.
  • Faune

    Le Tarier des prés

    Petit oiseau typique des prairies humides et des tourbières, ils est présent sur l’ensemble de la région Auvergne. Sa présence est plus forte au-dessus de 600 m d’altitude dans les zones herbagères marquées par l’élevage bovin et ovin.
    Ressemblant au Tarier pâtre, il s’en distingue par un sourcil blanc et des marques blanches à la queue. Le croupion est brun jaunâtre, tacheté de foncé, la poitrine et la gorge sont ocre orangé.
    La tourbière des Chastelets à La Godivelle abrite une densité record de couples nicheurs !
  • Faune

    L'Alouette des champs

    Présente dans les prairies, c'est une chanteuse infatigable ! On l’entend plus qu’on ne la voit. Son chant peut être émis depuis un perchoir, mais le plus souvent lors d’un vol sur place. L’alouette grimpe très haut en voletant pour stationner à 50-100m, visible comme un point dans le ciel.
    Vue généralement dans les prairies et les bords de chemins. Dérangée, elle s’envole en montrant le liseré blanc de ses ailes.
  • Pastoralisme

    Les tras et burons

    On devine encore aujourd’hui au milieu des estives des « tras », encore appelés « creux de cabanes ». Ce sont de petites cavités creusées à flanc de montagne par les bergers à partir du 15e siècle, pour en faire des habitats saisonniers. Elles ont progressivement été remplacées par des bâtiments en dur, les burons, utilisés jusqu’au milieu du 20e siècle. Les montagnes de La Godivelle en abritent de nombreux : le buron de la Loubeyre, des Preumeries, du Bos Traveix… Ils servaient autrefois à la fabrication du Saint-Nectaire.
  • Eau (lac, rivière...)

    La Couze d’Ardes

    Elle prend sa source au col du Chamaroux, à 1 290 mètres d’altitude, pour se jeter 30 km plus bas, dans l’Allier. Si dans sa partie amont, la rivière est calme et se perd dans les méandres de la Fumadoune, elle devient rapidement tumultueuse et prend la forme d’un torrent creusant la vallée. La Couze d’Ardes forme deux cascades en aval du village de Jassy.
    Vous pouvez faire le crochet aller-retour : suivez le balisage pour une pause fraîcheur au bord d’une vasque.

  • Faune

    Le Semi-Apollon

    Espèce montagnarde de couleur blanche, elle présente deux tâches noires dans la cellule de l’aile antérieure. Elle est présente entre 900 et 2000 m d’altitude et affectionne les formations herbacées riches en fleurs ou les prairies de fauches. Espèce menacée, elle est inscrite sur la liste des insectes protégés.
  • Flore

    L'Arnica des montagnes

    Plante principalement montagnarde typique des sols acides et pauvres en éléments nutritifs. Ses populations, fortement malmenées par l’agriculture intensive deviennent de plus en plus rares. L’Union européenne considère l’Arnica comme une espèce végétale d’intérêt communautaire dont le prélèvement dans la nature et l’exploitation est susceptible de faire l’objet de mesures de gestion.
  • Glacier

    Le cirque glaciaire d’Artout

    Ce cirque d’origine glaciaire culmine à 1380 mètres d’altitude. Ses versants pentus sont occupés par une hêtraie-sapinière. Dans les secteurs ouverts, les fourrés de recolonisation alternent avec des landes sèches d’altitude. La zone comprend également de nombreuses prairies humides. Les ruptures de pente sont souvent occupées par des milieux rocheux. Remarquable par sa géomorphologie, ce site possède une haute valeur patrimoniale.
  • Petit patrimoine

    Une fontaine abreuvoir

    Elle est composée de quatre bacs métalliques posés et adossés à un muret appareillé en moellons de roches volcaniques. La borne rectangulaire en schiste se situe sous une arche en plein cintre et permet d'alimenter en eau les abreuvoirs. La date de 1993 est gravée sur le tuyau.
  • Petit patrimoine

    Un toit de lauze

    La pierre de lave était utilisée abondamment en Auvergne et les toits recouverts en lauzes font partie intégrante du patrimoine architectural et des paysages du Cantal.
    Taillée en écaille ou en ogive, la lauze mesure généralement de 15 à 60 cm et se distingue facilement sur les toitures par son irrégularité et son épaisseur. Les couvreurs devaient choisir les pierres une à une pour qu’elles se moulent bien les unes dans les autres. Elle avait pour avantage d’offrir une grande résistance aux intempéries, aux incendies et une grande longévité.
     Association Vallée de la Sianne.
  • Flore

    La lande à Genêt purgatif

    Sous-arbrisseau touffu dépourvu de feuilles, cette plante est principalement présente dans le Massif Central de l’étage Collinéen à l’étage Alpin, et caractérise des landes pauvres de montagnes granitiques ou volcaniques. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le genêt purgatif n’a pas d’aptitude à purger. Ses extraites de fleurs peuvent en revanche avoir des effets hypotensifs ou hypertensifs.
  • Géologie

    Les gorges de Leyvaux

    Les roches qui forment le paysage actuel sont de formation très anciennes, c’est pourquoi les édifices volcaniques n’ont pas l’apparence des volcans représentatifs de la chaîne des puys. L’évènement principal qui a transformé le relief de la région est l’érosion. Les rivières ont creusé de profondes vallées dans les roches les plus tendres ou les plus altérées et ont laissé en relief les édifices formés des roches les plus dures.
    Association Vallée de la Sianne.
  • Flore

    L'Œillet de Montpellier

    Cette plante herbacée est présente dans les pelouses rocailleuses montagnardes et subalpines jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Ses pétales frangés peuvent être blanches ou roses.
  • Faune

    La salamandre tachetée

    Il faudra se lever tôt, ou se coucher tard pour la voir... puisqu'elle vit plutôt la nuit. Sa silhouette est à la fois allongée et boudinée : quatre membres épais terminés par des doigts et orteils non plamés. Quant à sa coloration dorsale, elle comporte des taches d'un jaune vif plus ou moins étendues et nombreuses, sur un fond noirâtre. Elle habite essentiellement dans les forêts de feuillus ou mixte. Encore largement distribuée sur l'ensemble du territoire métropolitain, la Salamandre tachetée souffre de la destruction de ses habitats aquatiques de reproduction et pâtit grandement de la circulation routière lors des migrations de reproduction.

Météo


Profil altimétrique


Recommandations

Pour préparer votre itinérance, voici un carnet d’adresses d’hébergements recommandés, situés à environ 2 kilomètres du sentier et adaptés à l’accueil des randonneurs à la nuitée : https://www.auvergne-destination.com/wp-content/uploads/2023/11/carnet-dadresses-tour-des-vaches-rouges.pdf 

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
16